Les Editions du chien noir

Maison d'édition indépendante fondée en 2017

ACTUALITÉS - ÉVÈNEMENTS

La vie de la Maison: projets, réflexions et coups de coeur...

Un artiste photographe que nous suivons, Jacques DOLIVET: Après une collaboration dans le cadre d'une exposition que nous avons parrainée, le projet s'est formé d'éditer en 2020, une partie de son travail consacré à notre région sous format carte postale.

À SUIVRE

Rapport au ministre de la culture, franck RIESTER, intitulé:"L'auteur et l'acte de création"

04/09/2020

Le patron des éditions Gallimard critique sévèrement le rapport (*)remis à Franck RIESTER sur "l'auteur et l'acte de création", qui d'après lui défend l'idée que, pour lutter contre l'appauvrissement des créateurs, il faut en limiter le nombre.  

(*) Rapport de Bruno RACINE, Conseiller Maître à la Cour des Comptes-22 janvier 2020.

Antoine Gallimard s'est exprimé sur son contenu dans un article publié dans le journal Le Monde en date du 07 février 2020. après avoir remarqué l'absence de préoccupation par rapport à la lecture et la place du livre dans l'éducation, il s'interroge sur la façon que semble avoir l'état de réduire l'écart constaté entre l'offre et la demande; et de souligner la conviction dissimulée au sein de ce rapport qui serait que le meilleur moyen de pallier l'appauvrissement des créateurs est d'en limiter le nombre. toujours selon Antoine Gallimard, une étude sociologique produite par le ministère y stigmatise ainsi "la croyance dans l'offre" des éditeurs français. ne compteraient ainsi pour rien les actions menées par l'édition en faveur de la lecture au cours des dernière décennies, dont les livres au format de poche et audio, l'essor du livre jeunesse ou l'animation de la vie littéraire, ne sont que des exemples parmi d'autres et peuvent témoigner de cet investissement.

Avec le terme d'acteur de l'aval utilisé dans le rapport, catégorie très technocratique et conceptuelle où sont invités à se ranger les éditeurs, c'est l'essence même de la relation entre éditeur et autre qui serait bouleversée; le projet porte en effet la généralisation d'un contrat de commande consistant pour le premier à commander au second un livre qu'il a déjà écrit, sachant en fait que l'éditeur l'a déjà retenu. 

Rien n'est précisé sur le mode de rémunération de l'auteur, et ce faisant c'est à la remise en cause du droit d'auteur tel que reconnu et inventé en France, que nous risquons d'assister; avec cette question: Quelle relation nouvelle entre auteur et éditeur; quelle responsabilité pèsera sur les épaules de l'écrivain dans ce contexte? L'à valoir subsistera t'il en tant que lien de confiance et de croyance de l'éditeur envers l'oeuvre et son auteur?

C'est aussi aux lecteurs de trancher ce débat qui s'annonce suggère Antoine Gallimard: "Aux promoteurs de la croissance de l'offre, répondons croissance de la demande." 

 

Le livre confiné